Abbas appelle à l’aide financière les pays arabes

par mazaltop

suite au désengagement financier des Etats-Unis qui cesse son soutien aux Palestiniens s’ils persistent dans la voie de la proclamation unilatérale de leur état en septembre prochain, Abbas sollicite les pays arabes pour pouvoir faire face. Il oublie juste un détail : les pays arabes oublient depuis des années de s’acquitter de leurs promesses de dons, et laissent la Palestine dépendre de l’aide de l’UNRWA, et bien entendu, de la très généreuse CEE, qui ne manque jamais à ses engagements financiers.

Abbas demande plus d’argent aux pays arabes face aux « pressions »

Mahmoud Abbas a demandé lundi à ses partenaires arabes un plus grand soutien financier pour faire face « aux menaces et pressions » d’Israël et de ses alliés, affirmant que le succès de l’offensive diplomatique palestinienne à l’Onu était en jeu.

L’Autorité palestinienne est victime d’une crise économique qui l’a forcée à diviser les salaires par deux en juillet. Les décideurs y voient le signe d’une baisse de l’aide arabe et cette fragilité est un frein à une éventuelle reconnaissance de la Palestine par les Nations unies en septembre.

« Nous n’avons pas bénéficié du soutien arabe politique et financier dont nous avions besoin pour traverser cette période délicate« , écrit Mahmoud Abbas dans une tribune parue dans le journal saoudien Al Watan.

« Ces pressions et menaces vont se poursuivre et réduire nos chances de succès« , prédit le président de l’Autorité palestinienne, sans préciser la nature des menaces.

Les Etats-Unis, l’un des principaux donateurs des Palestiniens et le premier soutien d’Israël, s’opposent à la reconnaissance officielle de la Palestine à l’Onu.

Mahmoud Abbas prend soin de remercier les Arabes, particulièrement l’Arabie saoudite, pour leur « aide ininterrompue à leurs frères palestiniens« .

« Cependant, leur soutien a maintenant un rôle particulier dans le soutien à notre action diplomatique qui contribuera à nous rapprocher de la paix« , dit-il.

Le président de l’Autorité palestinienne dit avoir demandé la reconnaissance à l’Onu en raison de l’échec des discussions bilatérales et espère que cela permettra de relancer des négociations sérieuses.

L’Autorité palestinienne salarie 150.000 personnes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza et verse des indemnités à 75.000 autres. Bien qu’elle ait pu les payer en intégralité en août, elle a prévenu que ses soucis financiers n’étaient pas terminés.

Tom Perry, Clément Guillou pour le service français
Par Reuters

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :