Un chercheur palestinien encourage les Palestiniennes à élever leurs enfants dans l’optique du djihad « avant même la grossesse » | Memri

par mazaltop

Le 10 juillet 2011, un article de Dr Khaled Al-Khalidi, directeur du Centre d’historiographie et de documentation palestiniennes, a été mis en ligne sur le site du journal Falastin, basé à Gaza. L’article, intitulé « Comment les sahabiyat [1] élevaient-elles leurs fils ? » [2] rend hommage à ces femmes qui éduquaient leur progéniture dans l’optique du djihad. Cet enseignement aurait propulsé les musulmans « de l’obscurité à la lumière ».

L’auteur décrit comment les femmes élevaient leurs enfants à devenir des moudjahidine, sur la base du hadith qui les instruit de se préparer à mettre au monde des moudjahidine avant même la grossesse, de surveiller leur alimentation pendant la grossesse, d’allaiter leurs nourrissons suffisamment longtemps pour qu’une fois adultes, ils aient la force d’assumer le joug du djihad, d’apprendre à leurs enfants l’histoire de la vie de Mahomet et ses exploits guerriers, de leur inculquer le respect des commandements et des rites de l’islam dès le plus jeune âge, de leur apprendre à garder un secret et à vivre vaillamment – une vie dépourvue de plaisirs et de luxe – à l’instar des moudjahidine. Ci-dessous des extraits de l’article:

« Les femmes de l’époque du Prophète élevaient leurs fils dans la religion et le djihad, érigeant une génération qui vainquit deux empires, l’empire perse et l’empire byzantin, propulsant [les musulmans] de l’obscurité à la lumière. L’éducation qu’elles inculquaient à leurs enfants débutait avant même la conception, car avant même la grossesse, elles étaient déterminées à donner naissance à des moudjahidine pour Allah.

Elles prenaient soin de les allaiter pendant longtemps et de ne pas tomber enceintes pendant l’allaitement, pas avant que leurs enfants aient reçu une quantité suffisante [de lait maternel], afin que leurs corps soient forts et qu’ils soient en mesure de porter le joug du djihad. C’était en accord avec les paroles du Prophète: ‘Ne tuez pas vos enfants, par Allah, car le lait d’une femme enceinte saisit le chevalier alors qu’il est à cheval, et le tue.’

Afin de produire des enfants avisés et forts, ces femmes faisaient attention à leur alimentation pendant leur grossesse, conformément aux conseils du Prophète qui a dit: ‘Nourrissez vos femmes enceintes de lait, afin que si une femme porte un mâle en son sein, celui-ci devienne en grandissant un savant, un guerrier, intelligent, courageux et généreux ; et pour que si c’est une fille qu’elle porte, celle-ci ait de bonnes valeurs.’

Elles encourageaient [leurs enfants] à étudier le Coran, certaines que cela contribuerait largement à produire des musulmans virils. C’est ce qu’a fait Oum Al-Fadl bint Al-Harith, quand elle a entendu son fils lire [les mots]: ‘Je jure par les vents émissaires, envoyés les uns à la suite des autres’ [Coran 77:1]. Pour l’encourager, elle dit: ‘Ô mon fils, quand tu lis cette sourate, tu me rappelles la dernière fois que j’ai entendu le Prophète lire [le Coran]: il lisait cette même sourate à chaque prière.’

Ces femmes apprenaient à leurs enfants la vie et les [exploits] guerriers de Mahomet, afin qu’il suivent la voie du djihad. Ainsi, Oum Harija bin Zayid dit: ‘Lors de la bataille de Khandas, j’avais deux ans, et quand j’eus grandi, ma mère prit l’habitude de me conter l’histoire d’Al-Khandaq. [3] Elle rendait visite à sa tante, Nasiba bint Kaab, et lui disait: ‘Ma tante, raconte-moi’, et celle-ci, Oum Oumara, lui racontait qu’elle était sortie avec le Prophète lors de la bataille d’Uhoud afin d’apporter de l’eau aux moudjahidine et de protéger le Prophète en tirant à l’arc’. Ces femmes habituaient [leurs enfants], dès la plus tendre enfance, à vénérer Allah, afin que cela ne leur soit pas difficile en grandissant… Elles faisaient jeûner leurs enfants, les amenaient à la mosquée, et quand l’un d’eux se mettait à pleurer en demandant à manger, elles leur tendaient un jouet en laine qu’elles avaient préparé en prévision de ce moment.

Elles apprenaient de bonnes valeurs [à leurs enfants]… et à garder un secret… Elles les encourageaient à faire vœu de loyauté au Prophète… afin qu’ils deviennent des moudjahidine pour Allah une fois atteint l’âge de la maturité… Voulant faire de leurs enfants des moudjahidine plus forts que les infidèles, elles leur apprenaient à mener une vie dure et à s’écarter des plaisirs et du luxe, conformément au conseil du Prophète, qui a dit: ‘Méfiez-vous de l’hédonisme, car il n’y a pas de serviteurs d’Allah parmi les hédonistes…’

Ainsi, elles leur apprenaient à s’attacher à la vérité quand les infidèles leur faisaient du mal: après qu’Abdallah, connu sous le surnom de ‘l’homme aux deux habits’, se fut converti à l’islam et fut dévêtu de son pagne [pour avoir ainsi agi], il alla trouver sa mère: elle coupa en deux l’un de ses propres vêtements, pour recouvrir les reins [de son fils] de l’une des deux moitiés de tissu, se revêtant elle-même de l’autre moitié. C’est de cet homme que le Prophète a dit: ‘Il avait l’habitude de prier et supplier [Dieu]’ et de mentionner le nom d’Allah en lisant le Coran et en priant. Et quand il fut abattu dans la bataille de Tabouk, il fut enterré par le Prophète lui-même. Après quoi, le Prophète se tourna vers la Kaaba, leva les mains et dit: ‘Ô Allah, j’ai été satisfait de lui. Puisses-tu le satisfaire [aussi].’

Ô, combien ont besoin de mères qui aillent dans les pas de ces femmes en élevant une nouvelle génération qui libère les terres [musulmanes] et les lieux saints ! »

Memri


[1] Femmes de l’époque du Prophète Mahomet.

[2] Felesteen.ps, 10 juillet 2011

[3] La bataille d’Al-Khandaq (627) opposa les musulmans à la tribu des Quraychites, et se conclut pas le triomphe des musulmans.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :