La Grande Synagogue de Paris et le Mossad | Farid Hanacche | 30 03 2011 0:52

par mazaltop

Farid HANACCHE 28 avril 2010

Extrait de la conférence organisée par le B’nai B’rith, animée par Michel Zerbib Directeur de la Rédaction de Radio J, à Neuilly sur Seine, en présence du Maire de Neuilly

A lire jusqu’au bout….

« En tant que citoyen français, militant républicain, j’ai le devoir de m’indigner, mais ce mot est très galvaudé, alors disant je dois me révolter contre la gestion de la Grande Synagogue de Paris dont le fonctionnement porte gravement atteinte à la souveraineté nationale de notre pays et viole sournoisement les valeurs républicaines de notre démocratie.

Comment peut-on accepter que cette grande référence du judaïsme français soit dirigée directement par Tel Aviv ? Comment peut-on accepter que le Grand Rabbin et son entourage soient des fonctionnaires israéliens ? Comment peut-on accepter que le Mossad ait un bureau à l’intérieur même de la synagogue et que l’interlocuteur privilégié de Beauvau soit un colonel  des services secrets israéliens ??

Evidemment, personne ne peut accepter cela et surtout pas les membres et les dirigeants de la communauté juive. D’ailleurs, si un centième de que j’ai dit était vrai, on aurait remué ciel et terre contre la cinquième colonne juive ou contre la double allégeance juive. Par contre tout ce que j’ai décrit est ce qui se passe exactement et honteusement à la Grande Mosquée de Paris. Et personne n’ose s’en indigner !!

Cette mosquée a été construite par la France, par l’argent des Français et par une loi française, en dépit de la loi 1905. Mais la Grande Mosquée de Paris n’a plus rien à voir avec la France : elle est dirigée par des fonctionnaires algériens, c’est-à-dire par des fonctionnaires de la dictature militaro-mafieuse qui martyrise et dépouille son propre peuple. La Grande Mosquée de Paris est dirigée comme les généraux dirigent Alger, c’est-à-dire par le despotisme et l’affairisme, et surtout par le cynisme qui nourrit l’intégrisme. Pire, tout le monde connait le nom d’un colonel de la Sécurité militaire algérienne, dont le bureau a pignon sur rue à l’intérieur même de la mosquée. Et pire encore, ce colonel algérien est devenu depuis plusieurs années un interlocuteur politique privilégié de Place Beauvau.

Si la Grande Synagogue de Paris était dirigée comme la Grande Mosquée de Paris, alors on aurait fait sortir De Gaule ou Pétain de leurs tombes. Mais il y a deux poids deux mesures dans l’indignation. Face aux musulmans, il y a une gestion policière ou paternaliste, Il y a le silence munichois devant les reculs de la République. Il y a surtout l’islamophobie lâchement utilisée par les intégristes ou par les affairistes de la Mosquée de Paris et de l’UOIF pour bannir ou prohiber la critique, pour inhiber la vigilance….

Et là, je dois m’indigner contre les critiques excessives et les indignations sélectives et hypocrites contre le débat sur l’islam de France. Dans ce débat sur le débat, c’est la France qui est stigmatisée et non pas l’islam…

Ceux qui sont les plus stigmatisés en France, ce sont les Roms et non les musulmans, et jusqu’à nouvel ordre les Roms ce sont des chrétiens et non des musulmans.

Monsieur le Grand Rabbin de France se trompe quand il dit « il n’est pas bon d’être musulman en France ». Les musulmans en France  sont plus heureux que ceux qui vivent dans une dictature arabe ou dans le moyen-âge des Talibans. Alors arrêtons avec les parallèles avec les années 30, sauf si pendant cette période des Juifs massacraient ou persécutaient des chrétiens en Egypte ou au Pakistan ;  sauf si pendant cette période des juifs commettaient des attentats terroristes en France.

Les raccourcis vertigineux avec les années 30 sont douteux et dangereux, sauf pour ceux qui veulent banaliser ou relativiser la Shoah, sauf pour ceux qui veulent diviser ou diaboliser la France… »

Farid Hannache

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :