Flagrant délit de révisionnisme : l’histoire de Jérusalem réécrite par le Parti des Musulmans de France | mazaltop | 21 mars 2011 18:50

par mazaltop

du grand art dans la désinformation, exemple de réécriture de l’histoire

source

La Sainte Al Aqsa

Edité par le Parti des Musulmans de France à l’occasion de Yom Al Qods al alami

La ville d’Al Qods constitue l’une des plus vieilles villes de l’Histoire dans le monde. En effet, son âge dépasserait les 4500 ans. Elle fut connue sous plusieurs noms à travers les temps : Jébusse, Ourshalim (Jérusalem), Aelia  Kapitolina, Aelia   (Iliya), BeÏt Al Maqdiss, Al Qods et Al Qods Acharif.

Jébusse fut le plus vieux nom qu’ait connu Al Qods en référence aux Jébussiens lesquels descendent des premières tribus venues de la péninsule arabique. Ils constituent les premiers habitants d’Al Qods et font partie des Cananéens venus aux environs de 2500 avant Jésus-Christ.

Al Qods fut connu aussi sous le nom de Ourshalim (Jérusalem) en référence à Shalem, le dieu de la paix chez lez cananéens (!!!) , conformément aux écrits égyptiens ”Alwah Tal al Maârina“ qui datent du XIXe et XIIe siècle av. J-C.

Jébusse demeura aussi aux mains des Jébussiens et Cananéens jusqu’à la conquête du prophète Daoud (David) (la Paix sur Lui) 1409 av. J-C. Ce dernier lui donna le nom de Madinat Daoud (la ville de David) et en fit sa capitale. Sous le règne de son fils Souleymane  ( 🙂  ) (Salomon) (la Paix sur Eux) la ville connut une grande prospérité.

En 586 av. J-C., Al Qods passa sous domination perse et fut détruite par Nabuchodonosor. Ce dernier expulsa les habitants juifs vers Babylone (Iraq).

En 332 av. J-C., Alexandre le Macédonien conquit Al Qods. Ce fut le début d’une période instable qui s’aggrava surtout après sa mort. Les différents éclatèrent au sujet d’Al Qods entre les Batalimides (en référence au commandant Batlimous qui occupa l’Egypte) et les Saldjuqides (en référence au commandant Salouks qui occupa la Syrie).

En 63 av. J-C., Les Romains réussirent à occuper Al Qods sous le commandement de Pompée.

En 135 av. J-C. l’Empereur romain Hadrien ordonna la destruction totale d’Al Qods et construisit à la place une colonie romaine qu’il baptisa « Aelia Kapitolina ».
Al Qods garda ce nom sous le règne des Byzantins (330-636), période durant laquelle le christianisme fut reconnu la religion de l’Empire Byzantin suite à la conversion de l’Empereur Constantin. En 335, la mère de l’Empereur Hélène construisit l’église Saint Sépulcre.

En 614, les Perses occupèrent Al Qods pour la seconde fois. Ils détruisent la plupart des églises et couvents. Ils y restèrent jusqu’en 627, date à laquelle les Byzantins, sous Héraclius, la récupérèrent.

Suite de la victoire des Musulmans face aux Romains, lors de la bataille d’Al Yarmouk en l’an 15 de l’Hégire (636 avant J-C.), le calife Omar Ibn El Khattab entra dans Al Qods sans effusion de sang et conclut un pacte connu sous le nom « Al Ouhda Al Oumariya ».

Avec la venue des Musulmans commence une ère nouvelle à Al Qods. En effet, après les premiers califes, elle fut gouvernée successivement par les Omeyyades, les Abassides, les Tulunides, les Ikhshidides, Les Fatimides et les Saldjuqides.

Durant tout ce temps et depuis la conquête musulmane, Al Qods était connue sous le nom d’Aelia. Suite à la visite du calife abbasside Al Ma’moun en 216 H, elle prit le nom Al Qods. Il ordonna des travaux de restauration pour la Mosquée du Dôme du Rocher.

En 217 H, Al Ma’moun décida la frappe de monnaie portant le nom d’Al Qods pour la première fois au lieu d’Aelia. Ce nom fut encore plus connu sous la période Ottomane avec un rajout Al Qods Acharif (Jérusalem la Noble).

En 492 h (1099), les croisés occupèrent Al Qods, y commirent destructions et pillages sans respecter sa sainteté ni sa valeur religieuse. Des massacres horribles furent perpétrés en son sein. Ils transformèrent la Mosquée Al Aqsa en partie en Eglise et en écurie pour leurs chevaux.
En 583 H (2 octobre 1187) a lieu la bataille de Hittine. Salaheddine Al Ayoubi (Saladin) triompha des croisés et récupéra Al Qods. Cependant, les croisés demeurèrent dans le reste de la Palestine jusqu’en 1291 d’où ils furent chassés par les Mamelouks.

Al Qods resta aux mains des Mamelouks jusqu’à ce qu’ils furent vaincus par les Ottomans lors de la bataille de Borj Dabeq en 1516. Ainsi durant quatre siècle, Al Qods resta sous le règne des Ottomans jusqu’à ce qu’elle tombe entre les mains des Britanniques en 1917.

Le 2 novembre 1917, Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, promet l’établissement « d’un foyer national juif » en Palestine. Des « facilités » furent accordées aux « sionistes« , ainsi que des armes et des munitions. Ces derniers lancèrent, dès le départ, leur politique d’extermination et d’exode forcé à l’encontre de peuple palestinien.

Le 14 mai 1948, les sionistes proclamèrent l’Etat d’Israël sur 79% du territoire palestinien y compris la partie Ouest de Jérusalem. Quant à la partie Est de la ville sainte et le reste des terres palestiniennes (Cisjordanie et Bande de Gaza), elles furent occupées lors de la guerre des six jours en 1967.

Importance religieuse d’Al Qods

Al Qods constitue une ville sainte pour les trois religions monothéistes : Christianisme, Judaïsme et Islam. La plupart des prophètes y vécurent, la gouvernèrent ou y prièrent. C’est la partie du monde la plus ancienne dédiée à l’adoration de Dieu et à Son unicité, après la Mosquée sacrée de la Mecque.
Allah, (Exalté soit-Il) n’a-t-il pas dit dans la sourate Al Isr’a : « Gloire et Pureté à celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur (Mouhammad), de la Mosquée Al Harâm à la Mosquée Al Aqsâ dont Nous avons bénit l’alentour afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant ».

Al Boukhari, dans son livre “le salih“, rapporte qu’Abu Dhar (que Dieu l’agrée) a dit : « Je demanda au Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) : Quelle fut la première Mosquée sur terre ? Il répondit la Mosquée Al Haram (à la Mecque) ». Et ensuite lui dis-je ? Il répondit : « La Mosquée Al Aqsa ». J’ajouta : « Combien de temps les sépare ? » Il dit : Quarante ans, et puis accomplis la prière là où tu te trouves, les bienfaits y sont (aussi) ».
Qui a construit
la Mosquée Al Aqsa ?

Il n’y a pas de texte spécifique quant au bâtisseur de la Mosquée Al Aqsa. Cependant, on rapporte que c’est le prophète Adam (Paix et Salut sur Lui) qui a construit la Mosquée Al Haram de la Mecque. Il serait probable que ce soit l’un de ses fils qui ait construit Beit Al Maqdiss (Al Aqsa), après 40 ans.

Ibnou Hajar Al Asqalani rapporte dans son livre « Al Fath » que le premier bâtisseur de la Mosquée Al Aqsa serait soit Adam (PSL), soit le fils de Nouh (Noé) (PSL), ou bien encore Yacoub (Jacob) (PSL). Il évoque même les Anges. Il ajoute : j’ai trouvé des témoignages qui confirment l’idée que c’est Adam (PSL) qui a construit les deux Mosquées. Il cite Ibn Hichem dans son livre « Attijane »: « Lorsque Adam bâtit Al Kaâba (à la Mecque), Allah lui ordonna de construire Beit Al Maqdiss (Al Qods). Une fois finie, il se consacra à l’adoration ».

La version du Coran et des Hadiths qui révèlent que c’est le Prophète Ibrahim (PSL) qui a construit la Kaaba et que c’est Souleymane (Salomon) (PSL) qui a bâtit la Mosquée Al Aqsa, ceci ne prouve pas qu’il s’agit forcément de construction, mais plutôt de restauration, d’élargissement et de relance de l’adoration en leur sein.

La plupart des commentateurs expliquent que le Prophète Ibrahim (PSL) a restauré la Mosquée Al Aqsa pour en faire un lieu de culte pour les croyants. Ibn Khatir cite dans son livre « Al Bidaya wa Al nihaya » qu’à l’époque du Prophète Yacoub ibn Ishaq (Jacob fils d’Issac) (PSL), la Mosquée a été rénovée.

Quant à la construction de la Mosquée Al Aqsa par le Prophète Souleymane (Salomon) (PSL), Al Nassa’i et Ibn Majah rapportent dans un Hadith authentique d’Amrou Ibn Al Ass que le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) a dit : « Lorsque Souleymane eut achevé la construction de Beit Al Maqdiss, il demanda trois choses à Allah : un jugement conforme à l’ordre divin, un royaume tel que nul après lui n’aura de pareil et l’absolution des péchés de tout visiteur venu à la Mosquée Al Aqsa dans le but de l’adoration, à tel point qu’il en sortira comme s’il venait de naître » Et le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) de rajouter : « Quant aux deux premières (invocations) elles ont été exaucées et j’espère qu’il en soit de même pour la troisième ».
L’imam Al Baghauoi dit dans son commentaire : « il est dit que Beit Al Maqdiss resta tel qu’il a été bâti par Souleymane (PSL) jusqu’à ce que qu’il fut conquis par Nabuchodonosor qui détruisit la ville. Celui-ci vola l’or, l’argent, et tout ce qui avait de la valeur et l’emporta avec lui dans son royaume en Iraq ».

Par conséquent, l’œuvre du Prophète Souleymane (PSL) ne fut pas la construction du temple, mais la restauration de la Mosquée Al Aqsa comme ce fut le cas du Prophète Ibrahim (PSL) avec la Mosquée Al Haram à la Mecque.

Importance religieuse de la Mosquée Al Aqsa

Le caractère sacré d’Al Aqsa trouve sa source dans le dogme musulman car elle fut pendant dix-sept mois environ la première Qibla (orientation de la prière). Les Musulmans se tournèrent ensuite vers la Mecque. C’est pourquoi Al Aqsa est surnommée également la mosquée des deux Qiblas.

Cette relation fut attestée avec l’événement de l’Isra’a wal Mi’raaj (Voyage Nocturne et Ascension) : voyage nocturne du Prophète Mouhammad (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) de la Mecque à la Mosquée Al Aqsa dans la nuit du 27 Rajab avant l’an I de l’Hégire, suivi de son ascension aux cieux). Cette nuit-là, le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) dirigea la prière avec la présence de tous les Prophètes.

Le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) a réuni les trois Saintes mosquées dans ce Hadith rapporté par Al boukhari et Muslim : « Les grands voyages (dans l’intention de prier) ne doivent s’effectuer que vers trois mosquées : la Mosquée Al haram (La Mecque), Ma Mosquée (Médine) et la Mosquée Al Aqsa ».

Dans un autre Hadith concernant l’importance de la prière dans les trois Saintes mosquées, le prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) dit : « Une prière dans la Mosquée Al Haram (La Mecque) équivaut à 100 000 prières, une prière dans Ma Mosquée (Médine) équivaut à 1000 prières, et une prière dans la Mosquée Al Aqsa équivaut à 500 prières ». (Al Bazzar et Al Tabarani).

Les Musulmans à travers les siècles ont pris conscience de l’importance religieuse que revêt la Mosquée Al Aqsa et la relation étroite avec le dogme musulman. Ainsi ont-ils tenu à la visiter pour la prière et pour apprendre ou dispenser le savoir, à tel point que le calife Omar chargea certains compagnons d’enseigner dans cette Sainte Mosquée. Parmi ces compagnons, on peut citer le premier juge en Palestine Oubada ibn Assamitt (mort en 34 H) et  Chaddad ibn Aouss (mort en 58 H). Ces deux compagnons sont morts à Al Qods et sont enterrés au cimetière Bâb Arrahma situé à l’Est de la Mosquée Al Aqsa.

D’autres savant musulmans fréquentèrent la Mosquée Al Aqsa pour enseigner. Parmi eux figurent le commentateur du Coran Moqatil ibn Souleymane (mort en 150 H), le jurisconsulte de la région Al Cham, l’imam Awza (mort en 157 H), l’imam de l’Iraq Soufian Athawri (mort en 161 H), le savant d’Egypte Allayth ibn Saâd, (mort en 175 H) l’imam Mouhammad ibn Idris Al Chafi’i, l’un des quatre imams des quatre mavhabs (Ecoles de la charia) (mort en 204 H) et Abu Hamid Al Ghazali (mort en 505 H). Ce dernier a relevé la présence de 360 savants à Al Aqsa, d’où la renommée dont jouissait la Mosquée bénite.

Laquelle est la Mosquée Al Aqsa ?

Beaucoup de gens font la confusion entre les deux mosquées : la mosquée au dôme argenté (traditionnellement appelée la Mosquée Al Aqsa) et celle au dôme doré (connue sous le nom Qobbat Assakhra (le Dôme du Rocher). Ils se trompent en croyant que l’une d’elles est la Mosquée Al Aqsa, alors qu’il s’agit en fait de tout ce qui est à l’intérieur du mur, y compris les deux mosquées. Le tout est connu sous le nom de Al Haram Al Charif. En voici l’explication :

Lorsque le Calife Omar Ibn Al Khattab vint à Al Qods, il voulut réserver une partie de la surface d’Al Aqsa pour la prière. Il choisit alors la partie sud orientée vers la Qibla pour construire sa mosquée qui fut appelée par la suite la Mosquée Al Aqsa.
Quant le calife omayyade Abdelmalik ibn Marwane vint à Al Qods, il voulut bâtir une mosquée grandiose afin de mettre en valeur la grandeur de l’Islam d’une part, et concurrencer l’Eglise Saint Sépulcre qui ravisait par sa beauté à l’époque, d’autre part. Il voulut enfin rendre hommage au lieu de l’ascension du Prophète Mouhammad (Bénédiction et Paix de Dieu sur Lui). Il bâtit ainsi le Dôme du Rocher en respectant le mode architectural de l’époque. Il restaure par la même occasion la mosquée bâtie par le calife Omar.

Rappelons que les Juifs prétendent que le Dôme du Rocher est bâti sur le lieu le plus saint, car ils croient que c’est l’endroit où le  Prophète Ibrahim (PSL) a failli immoler son fils Is’haaq (Pour les Musulmans le fils était Ismaël et l’événement a eu lieu aux abords de La Mecque). Ils pensent aussi que le Temple de Salomon (PSL) est enseveli sous cet endroit qu’ils surnomment « le saint des saints ». Quant à la Mosquée surnommée Al Aqsa, les Juifs affirment qu’elle fut bâtie sur « le Palais de Salomon » lequel constitue une partie importante du « Temple ».

Description générale d’Al Haram Acharif

Al Haram Acharif (Le Noble Sanctuaire) est la surface entourée d’une muraille sur plateforme quasi-rectangulaire qui se situe au Sud-Est d’Al Qods.

Cette surface regroupe, outre les deux Mosquées, des bâtiments, des salles, des dômes, des fontaines, etc… Le tout constitue donc la Mosquée Al Aqsa, appelé actuellement Al Haram Acharif dont voici les dimensions :

Superficie totale 140 000 m2 environ.
Côté Sud = 281 m, côté Nord = 310 m, côté Est = 462 m, côté Ouest = 491 m.

Les côtés Sud et Est sont entourés d’une muraille dont l’histoire remonte aux Ayyoubides, Mamelouks et Ottomans. Les côtés Nord et Ouest, quant à eux, sont entourés de bâtiments qui remontent aux époques Ayyoubides et Mamelouks.

Al Haram Al Charif possède 14 portes dont 4 furent condamnées pour des raisons de sécurité par Salahedine Al Ayyoubi (Saladin). Ces quatre portes sont :
Bab Al Rahma (porte de la miséricorde) du côté est, Al Mounfarid, Al Mouzlawidj et Ath Thoulathi située toutes du côté Sud.
Les portes accessibles :

-Bab Al Maghâriba (porte des Maghrébins) ou Bab Annabi (porte du Prophète).
-Bab As Silsilah (porte de la chaîne) ou Bab Daoud.
-Bab Al Moutawadha’a (Porte des lieux des ablutions).
-Bab Al Kattanine (Porte des ouvriers du coton).
-Bab Al Hadid (Porte du fer).
-Bab Al Nadhir (ou Bab Ala’a Eddine Al Boussairi, Bab Mickaël, Bab Al Hobs ou Bab Al Majliss).
-Bab Al Ghawanmah (ou Al Khalil ou Walid).
-Bab Al Atm (porte de l’obscurité) (ou Bab Fayçal ou Charaf Al Anbiya’a ou Addaoudiya).
-Bab Hitta (porte de l’absolution).
-Bab Al Asbatt (porte des tribus).
Al Haram possède 4 minarets :

1)Minaret Bâb Al Maghâriba au Sud-Ouest
2)Minaret Bâb As Silsilah à l’Ouest
3)Minaret Bâb Al Ghawanmah à l’angle Nord-Ouest
4)Minaret Bâb Al Asbatt au Nord

L’Esplanade des Mosquées contient aussi plusieurs dômes : dôme As Silssilah, Al Mi’raj, Mihrab Annabi, Youssef, Al Cheikh Al Khalili, Al Khidir, Moussa, Souleymane et dôme sud.

Al Aqsa bénéficie de son propre réseau d’alimentation en eau potable via les puits (25 puits) et les fontaines (sabil) telles que : sabil kayt Bay, Cha’alan, Bab El Hobs, Al Badiri, Kassem Bacha…

Le Dôme du Rocher

C’est l’une des merveilles architecturales du monde. En effet, à côté de son importance religieuse, elle constitue le plus ancien modèle architectural islamique. Par ailleurs, la finesse artistique et la beauté de ses décorations témoignent de la grandeur de cette civilisation à travers les siècles, ce qui a attiré bon nombre de chercheurs et de visiteurs du monde entier.

La mosquée du Dôme du Rocher se trouve en plein centre du Haram sur une surface surélevée d’environ 4 mètres. Des escaliers permettent d’y accéder des quatre côtés. C’est le calife Abdelmalik ibn Marwane qui l’a bâtie entre 66 H et 72 H (685-691) sous la direction de deux architectes palestiniens : Raja’a ibn Hayawah , originaire de Bissane et Yazide ibn Salam, un chrétien d’Al Qods.

La mosquée du Dôme du Rocher est une construction octogonale de 52 m de diamètre, de 20,60 m de côté et de 9,5 m de hauteur. La partie inférieure de l’édifice est couverte de marbre blanc et la partie supérieure de couleur bleue est ornée de la Sourate Yacine.

Le Dôme du Rocher comporte, en fait, deux dômes, interne et externe. Ils sont superposés et séparés de 1,50 m environ. Le dôme externe est fabriqué à partir d’aluminium recouvert d’une couche dorée. Le diamètre interne du dôme est de 29,44 m, la hauteur de son collier est de 9,5 m. La distance de son point culminant par rapport au sol est de 35 m. Il est surmonté d’un croissant de 4,5 m. Le dôme interne, quant à lui, est fabriqué de bois recouvert d’une couche de plomb.

Sous le dôme, et en plein centre de la mosquée, se trouve le Rocher à l’état brut. Sa longueur, du Nord au Sud, est de 17,70 m. Sa largeur d’Est en Ouest est de 13,50 m et sa hauteur maximale est de 1,50 m.
Sous le Rocher se trouve une grotte par laquelle on peut succéder en descendant 11 marches d’escalier. Celle-ci a une surface carrée (4,50 m2) et une hauteur moyenne de 3 m.

La Mosquée du Dôme du Rocher possède quatre grandes portes en bois recouvertes de plaques de cuivre. Ces portes sont : Bab Israphil (ou Daoud), Bab Al Jannah (porte du Paradis), Bab Al Aqsa et Al Bab Al Gharbi (la porte Ouest). En pénétrant par chacune de ces portes, on peut voir tout ce qui à l’intérieur de la Mosquée. On y découvre 40 piliers en marbre et 56 fenêtres ainsi que 1200 m2 de mosaïque.

La Mosquée Al Aqsa

Traditionnellement l’appellation « Al Aqsa » est réservée à la grande mosquée au dôme argenté qui se situe à 500 m environ au sud du Dôme du Rocher. C’est là que se trouve le Mihrab principal.
La construction de cette mosquée à débuté à l’époque du calife omeyyade Abdelmalik ibn Marwan en 84 H (693). Elle ne s’acheva qu’en 96 H (705) sous le règne de son fils Al Walid.

Al Aqsa est constituée de sept grandes allées rectangulaires séparées par des piliers en marbre. L’allée centrale se termine par le mirhab principal « Mirhab Omar » surmonté par le dôme. Un autre mirhab se trouve du côté ouest appelé « Mirhab Mouawiya ».

Le dôme est, en fait, double : un dôme interne décoré de mosaïque, et un dôme externe recouvert de plaques de plomb. Les deux dômes superposés sont séparés par une distance de 75 cm au collier, 2,50 m au centre et 3 m au sommet.

Les dimensions internes de la mosquée sont de 80 m sur 55 m. Le côté Est donne accès à une petite salle de 30 m de longueur et 8 m de largeur appelée « Mosquée Omar » en référence à la première construction engagée par le calife Omar. On y trouve un petit mirhab entouré par 4 petits piliers.

Du côté nord de la mosquée, se trouve une chambre Makam Aziz ou encore Makam Al Arbaïn (les Quarante) et contient un mirhab. A côté de celle-ci se trouve un autre petit Makam de 6 m de longueur et de 5 m de largeur contenant le Mirhab Zakariya (Zacharie).

La mosquée An nissa’a (les femmes) se situe du côté Sud-Ouest d’Al Aqsa et contient 10 arcades.

Al Aqsa comporte 53 piliers en marbre de différentes couleurs supportant des arcades de diamètre variant entre 8,91 m et 9,17 m. La Mosquée est éclairée par 137 fenêtres dont 7 se trouvent dans le dôme.

Au sous-sol, il y a ce qu’on appelle Al Aqsa Al Qadima (le vieux Aqsa). Il s’agit d’un grand couloir composé d’une chaîne d’arcades soutenues par de gros piliers de forme cylindrique et rectangulaire. A côté de celui-ci se trouve un autre couloir nommé Istable Souleymane (Ecurie de Souleymane).

Le Mur Al Buraq

Il constitue la partie sud-ouest du mur du Haram d’une longueur de 47 m et d’une hauteur de 17 m. Il fut appelé Al Buraq en référence à la monture qui a transporté le Prophète Mouhammad (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui) lors de son Voyage Nocturne (Israa) de la Mecque à Jérusalem. Cette monture fut alors attachée à ce mur.Les Juifs l’appellent « le Mur des Lamentations ». D’après eux, à l’époque de l’empereur romain Hadrien, ils avaient l’habitude de venir pleurer leur temple détruit par les flammes.

Les différends entre Juifs et Musulmans concernent une partie extérieure de ce mur de 30 m. Des heurts fréquents ont eu lieu entre Palestiniens et Juifs dont le plus connu et le soulèvement de Buraq en Août 1929.
L’origine de ce soulèvement remonte au 23 septembre 1928 lorsque les Juifs multiplièrent les actes de provocations autour du mur. Les Palestiniens perçurent ces agissements comme une tentative d’expropriation progressive de la Mosquée Sainte.
A la suite de ces affrontements, les forces britanniques arrêtèrent des centaines de Palestiniens, vingt d’entre eux furent condamnés à morts et huit autres furent jetés en prison pour plusieurs années.
Par ailleurs, une commission internationale fut désignée afin de déterminer les propriétaires légitimes du mur. Le rapport rendu public par cette commission en 1930 désigne clairement les Musulmans comme étant les seuls propriétaires du mur d’Al Buraq. On peut-y lire : « Aux Musulmans seuls revient la propriété du mur ouest. Ils sont les seuls à avoir un droit inaliénable sur ce mur car il constitue une partie inséparable du Lieu saint qui appartient au Waqf (institution religieuse gérant les biens islamiques). Reviennent aussi aux Musulmans le trottoir situé en face du mur ainsi que la place connue sous le nom « Harat al Maghariba » (quartier des Maghrébins) puisqu’il relève aussi du Waqf. »

Mosquée Al Aqsa : Historique et événements graves

– En 636 (15 H) : Le calife Omar Ibn Al Khattab arrive à Beit Al Makdiss (Al Qods) et construit une mosquée à l’intérieur du Haram.

– En 685 : Le calife omeyyade Abdelmalik ibn Marwane entreprend la construction du Dôme du Rocher.

– En 691 : Achèvement de la construction du Dôme du Rocher.

– En 693 : Abdelmalik ibn Marwan entame la construction de la Mosquée Al Aqsa.

– En 705 : Achèvement de la construction de Al Aqsa à l’époque du calife Al Walid ibn Abdelmalik.

– 15 luillet 1099 : Les croisés occupent Al Qods et transforment le Dôme du Rocher en église et la Mosquée Al Aqsa en écurie.

– 02 octobre 1187 : Salaheddine Al Ayoubi (Saladin) reprend Al Qods aux croisés après la bataille de Hittine et restaure les deux mosquées.

– En 1917 : Début du mandat britannique, le général Edmond Allendy occupe Al Qods.

– Le 16 août 1929 : Soulèvement « Al Bourak » : les Palestiniens se soulèvent contre les Juifs qui ont tenté de s’emparer du mur Al Bourak.

– Le 16 juillet 1948 : L’aviation israélienne largue une soixantaine de bombes sur Al Haram et occasionnent de nombreux dégâts aux deux mosquées.

– Le 7 juin 1967 : L’armée israélienne envahit Al Qods et hisse le drapeau israélien sur le Dôme du Rocher.

– Le 15 août 1967 : Le grand rabbin de l’armée israélienne Shlomo Groun fait sa prière au sein du Haram avec une cinquantaine de ses partisans.

– Le 18 août 1969 : Un groupe de 25 juifs s’infiltrent dans l’esplanade d’Al Aqsa et effectuent des rîtes religieux autour du Dôme du Rocher.

– Le 21 août 1969 : Un juif met le feu à la mosquée Al Aqsa et provoque un incendie qui ravagea près du tiers de la Sainte mosquée (1500 m2), y compris la chaire de Salaheddine (Saladin).
– Le 11 novembre 1979 : La police israélienne ouvre le feu sur les fidèles palestiniens et en blesse plusieurs dizaines.

– En Mai 1980 : Une cache d’explosifs est découverte à proximité de la Mosquée Al Aqsa. Elle fut entreposée par le groupuscule juif du rabbin Maër Kahane.

– Le 2 mars 1982 : Un groupe de juifs de la colonie Keyrat Arbaa ont tenté de pénétrer dans la Mosquée Al Aqsa par la porte As Silssila provoquant des heurts avec les gardiens.

– Le 11 avril 1982 : Un soldat israélien a pu pénétrer dans l’Esplanade des Mosquées après avoir tué deux gardiens. Les heurts qui sont survenus ont fait neuf morts et 136 blessés Palestiniens.

– Le 11 mars 1983 : Les gardiens d’Al Aqsa surprennent 46 colons chargés d’explosifs près du mur sud de la Mosquée. Avertie, la police israélienne intervient, arrête les colons et les relâche aussitôt…

– Le 30 janvier 1984 : Découverte de trois grenade dissimulées dans des courges devant une porte de la Mosquée.

– En 1985 : Un engin explosif caché sous les branches d’arbres est découvert par les gardiens de la Mosquée.

– Le 8 octobre 1990 : Un horrible massacre est perpétré sur l’Esplanade des Mosquées. Les soldats israéliens tirent sur les fidèles palestiniens qui se sont opposés à un groupe de juifs venus poser la première pierre du prétendu temple. Bilan : 20 morts et 115 blessés.

– Depuis 1967 les Israéliens creusent continuellement des galeries aux alentours du Haram, ce qui entraîne des fissurations à l’intérieur de certains bâtiments.

– Le 24 septembre 1996 : L’armée israélienne a rouvert un tunnel de 6 m de largeur et de 25 m de profondeur sous l’Esplanade des Mosquées. Des mouvements de protestations dans toute la Palestine ont été réprimandé par l’armée d’occupation, faisant des centaines de morts et de blessés chez les Palestiniens.

Le 28 septembre 2000 : Le général, Ariel Sharon, chef du Likoud, est entré dans l’enceinte du Haram sous la protection de 3000 soldats. Cette provocation marque le début de la deuxième Intifada qui a causé de dizaines de milliers de victimes.

Le PMF remercie toutes celles et tous ceux qui ont contribué à  la réalisation de  ce document.

Pour vos remarques, suggestions et soutiens :

PMF       BP  10083 67067 STRASBOURG-Cedex    France
pmfnet@yahoo.fr              http://www.p-m-f.org

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :