La Conquête de l’Europe par les Frères Musulmans | Lorenzo Vidino |Terre promise.net | 2005

par mazaltop

Depuis sa fondation en 1928, les Frères Musulmans (Hizb al-Ikhwan al-Muslimun) ont profondément influencé la vie politique au Moyen-Orient. La devise de la confrérie déclare : « Allah est notre objectif. Le Prophète est notre chef. Le Coran est notre loi. Le Jihad est notre voie. Mourir dans la voie d’Allah est notre plus grande espérance ». (1)

Alors que les idées radicales des « Frères » a donné forme à des générations d’islamistes, au cours des deux dernières décennies, elles ont perdu quelque peu de leur puissance et de leur attraction au Moyen-Orient, écrasées par une répression sévère par les régimes locaux et rejetées par les plus jeunes générations d’islamistes qui préfèrent souvent des organisations plus radicales.
Mais le Moyen-Orient n’est qu’une partie du monde musulman. L’Europe est devenue un incubateur de la pensée et du développement politique islamistes. Depuis le début des années 1960, les membres des Frères Musulmans et leurs sympathisants ont migré vers l’Europe et ont lentement mais constamment établi un large réseau bien organisé de mosquées, d’œuvres de charité, et d’organisations islamiques. A l’opposé de la plus large communauté islamique, l’objectif final des Frères Musulmans peut ne pas être simplement « d’aider les Musulmans à être les meilleurs citoyens qu’ils puissent être », mais plutôt d’étendre la loi islamique à travers l’Europe et les Etats-Unis. (2)

Quatre décennies d’enseignement et de culture ont payé. Les réfugiés étudiants qui ont émigré du Moyen-Orient il y a quarante ans, et leurs descendants dirigent aujourd’hui des organisations qui représentent les communautés musulmanes locales dans leur engagement avec l’élite politique de l’Europe. Financés par de généreux contributeurs du golfe persique, ils président à un réseau central qui s’étend sur presque chaque pays européen.
Ces organisations se présentent elles-mêmes comme le courant dominant, même si elles continuent d’embrasser les vues radicales des Frères et de maintenir des liens avec les terroristes. Suivant une rhétorique modérée et un Français, Flamand, ou Allemand bien parlé, ils ont gagné leur acceptation par les gouvernements européens et les médias aussi. Des politiciens de tout le spectre politique se précipitent pour s’engager à tout moment si une question impliquant des Musulmans est soulevée, ou plus selon leur clocher, quand ils recherchent le vote de la communauté musulmane bourgeonnante.
Mais, parlant arabe ou turc avant leurs compagnons musulmans, ils abandonnent leur façade et adhèrent au radicalisme. Alors que leurs représentants parlent de dialogue interreligieux et d’intégration à la télévision, leurs mosquées prêchent la haine et mettent en garde les fidèles des maux de la société occidentale. Alors qu’ils condamnent publiquement les meurtriers des passagers à Madrid et des enfants des écoles en Russie, ils continuent de lever des fonds pour le Hamas et d’autres organisations terroristes. Des Européens, avides de créer le dialogue avec leur minorité musulmane de plus en plus désaffectée, ignorent cette duplicité. Le cas est particulièrement visible en Allemagne, qui occupe une position clé en Europe, non seulement à cause de sa position au cœur de l’Europe, mais aussi parce qu’elle a servi d’hôtesse à la première vague majeure d’immigrants Frères Musulmans, et est l’hôtesse à la présence des « Frères » les mieux organisés. La réaction du gouvernement allemand est aussi instructive pour démontrer les dangers d’accepter seulement la rhétorique des « Frères Musulmans » à sa valeur faciale, sans observer la portée plus générale de ses activités.
Les « Frères Musulmans »
La situation en Allemagne est particulièrement parlante. Plus que partout ailleurs en Europe, les « Frères Musulmans » en Allemagne ont gagné un pouvoir significatif et une acceptation politique. Des organisations islamistes dans d’autres pays européens suivent maintenant consciemment le modèle dont leurs pairs allemands se sont faits les pionniers.
Pendant les années 1950 et 1960, des milliers d’étudiants musulmans ont quitté le Moyen-Orient pour étudier dans des universités allemandes, attirés non seulement par la réputation des institutions techniques, mais aussi par le désir de fuir des régimes répressifs. Le régime du dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser était particulièrement vigoureux dans ses tentatives pour déraciner l’opposition islamiste. Débutant en 1954, plusieurs membres des « Frères Musulmans » s’enfuirent d’Egypte pour échapper à l’arrestation ou à l’assassinat. L’Allemagne de l’Ouest apporta un refuge de bienvenue. Les motivations de Bonn n’étaient pas seulement altruistes. Comme l’expert du terrorisme Khalid Duràn l’a expliqué dans ses études sur le jihadisme en Europe (3), le gouvernement d’Allemagne de l’Ouest avait décidé d’interrompre ses relations diplomatiques avec les pays reconnaissant l’Allemagne de l’Est. Quand l’Egypte et la Syrie établirent des relations diplomatiques avec le gouvernement communiste, Bonn décida d’accueillir des réfugiés politiques égyptiens et syriens. Souvent, ces dissidents étaient des islamistes. De nombreux membres des « Frères Musulmans » étaient déjà familiarisés avec l’Allemagne. Plusieurs avaient coopéré avec les nazis avant et pendant la deuxième guerre mondiale (4). Certains avaient même, selon des sources, combattu dans l’infâme division bosniaque Handschar des ‘SchutzStaffel’ (SS) (5).
L’un des premiers pionniers des « Frères Musulmans » en Allemagne était Saïd Ramadan, le secrétaire personnel du fondateur des « Frères Musulmans » Hassan al Banna (6). Ramadan, un égyptien qui dirigea les irréguliers des « Frères Musulmans » en Palestine en 1948 (7) partit à Genève en 1958 et fréquenta l’école de Droit de Cologne (8) en Allemagne, il fonda ce qui est devenu l’une des trois principales organisations musulmanes en Allemagne, the « Islamische Gemeinschaft Deuschland (IGD) » (Société Islamique d’Allemagne) qu’il présida de 1958 à 1968 (9). Ramadan cofonda aussi la Ligue Musulmane Mondiale (Muslim World League – MWL ) (10), une organisation bien financée que les Saoudiens utilisent pour étendre l’interprétation radicale de l’Islam à travers le monde. Le gouvernement américain surveille étroitement les activités de la MWL, qu’il accuse de financer le terrorisme. En mars 2002, un groupe de travail conduit par le département du trésor américain a lancé un raid sur les bureaux de Virginie du nord du groupe à la recherche des documents liant le groupe à Al Qaïda, au Hamas, et au jihad islamique palestinien. En janvier 2004, le comité des finances du Sénat demanda au service des revenus intérieurs ses dossiers sur la Ligue Musulmanes Mondiale (MWL) « comme partie d’une enquête sur les liens possibles entre des organisations non gouvernementales et des réseaux de financement du terrorisme » (11). Cette relation privilégiée avec le royaume riche en pétrole assura à Ramadan un afflux d’argent, qu’il utilisa pour financer le puissant centre islamique de Genève (CIG) et alimenter les comptes de plusieurs activités financières et religieuses. Hani Ramadan, fils de Saïd, dirige actuellement le centre de Genève. Parmi les autres membres du conseil d’administration figure l’autre fils de Saïd, Tariq Ramadan, qui a fait récemment les titres des journaux aux Etats-Unis quand le département de la Sécurité intérieure a révoqué son visa pour enseigner à l’Université Notre Dame (12). Le cas de Saïd Ramadan n’est pas isolé (13).
Après 10 ans de présidence de l’IGD par Ramadan, le citoyen pakistanais Fazal Yazdani le dirigea brièvement avant que Ghaleb Himmat, un Syrien doté de la citoyenneté italienne, prît la barre. Pendant son long service (1973 – 2002), Himmat fit la navette entre l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse et les Etats-Unis (14). Des agences de renseignement dans le monde ont longtemps enquêté sur les relations terroristes d’Himmat. Il est l’un des fondateurs de la banque al Taqwa, un puissant conglomérat doublé par le renseignement italien. « Banque des ‘Frères Musulmans », qui a financé des groupes terroristes depuis le milieu des années 1990 si ce n’est avant (15). Himmat a aidé Youssef Nada, l’un des cerveaux financiers des « Frères Musulmans », dirige al-Taqwa et une toile de compagnies ayant leur siège dans des lieux comme la Suisse, le Liechtenstein, et les Bahamas, qui maintiennent peu de réglementations sur l’origine ou la destination des fonds. Aussi bien Himmat que Nada sont réputés avoir acheminé de large sommes à des groupes tels que le Hamas et le Front Islamique du Salut (FIS) algérien (16) et ont mis en place une ligne de crédit secrète pour un associé au sommet d’Oussama ben Laden (17).
En novembre 2001, le département du trésor des USA a désigné aussi bien Himmat et Nada comme des financiers du terrorisme (18). Selon le renseignement italien, le réseau al-Taqwa a aussi financé plusieurs centres islamiques à travers l’Europe (19), et beaucoup de publications islamistes, dont Risalatul Ikhwan (20), le magazine officiel des « Frères Musulmans ». Après son classement par le département du trésor des USA, Himmat démissionna de la présidence de l’IGD. Son successeur fut Ibrahim el-Zayat, âgé de 36 ans et d’ascendance égyptienne, et chef charismatique de nombreuses organisations étudiantes.
Le fait que les dirigeants de l’IGD, Ramadan et Himmat sont parmi les plus importants membres des « Frères Musulmans » du demi siècle écoulé suggère les liens entre l’IGD et l’Ikhwan. De plus, des rapports provenant des agences de renseignement intérieur de plusieurs états allemands désignent ouvertement l’IGD comme une ramification des « Frères Musulmans » (21). En particulier, selon un rapport du renseignement, la branche égyptienne des « Frères Musulmans » a dominé l’IGD depuis ses premiers jours (22).
« Les Frères Musulmans » – conduits par Ramadan et Himmat (23) – ont parrainé la construction de l’imposant centre islamique de Münich en 1960 (24). Aidés par de larges donations de dirigeants du Moyen Orient tels le roi Fahd d’Arabie Saoudite qui, selon un article du Sueddeutsche Zeitung de 1967, a donné 80.000 marks (25). Le ministre de l’intérieur de Rhénanie du nord –Westphalie déclare que le centre islamique de Münich a été l’un des quartiers généraux européens des « Frères » depuis sa fondation (26). Le centre publie un magazine, Al Islam, dont les efforts (selon un dossier du renseignement italien) (27), sont financés par la banque al-Taqwa. Selon le ministre de l’intérieur du Bade-Wurtemberg, Al – Islam montre explicitement comment les « Frères Musulmans allemands » rejettent le concept d’état laïc (28). Son numéro de février 2002, par exemple, déclare :
« Dans le long terme, les Musulmans ne pourront se satisfaire de l’acceptation de la loi de la famille allemande, du sol, et du tribunal… Les Musulmans doivent avoir pour objectif un agrément entre les Musulmans et l’état allemand avec pour but une juridiction séparée pour les Musulmans. »
l’IGD, dont le centre islamique de Münich est l’un des membres les plus importants, représente la principale ramification des « Frères égyptiens » en Allemagne. Mais l’IGD est aussi l’exemple quintessenciel de la manière dont les « Frères Musulmans » ont gagné en puissance en Europe. L’IGD a grandi significativement au cours des années, et il inclut aujourd’hui des douzaines d’organisations islamiques à travers le pays. Des centres islamiques de plus de trente villes allemandes se sont placées sous son égide (29). Aujourd’hui, la force réelle de l’IGD réside dans sa coopération avec, et le parrainage de nombreuses organisations de jeunesse et d’étudiants islamiques à travers l’Allemagne.
Ce ciblage sur les organisations de jeunesse est intervenu après la succession de Zayat. Il comprit l’importance de se concentrer sur la génération suivante des Musulmans allemands et lança des campagnes de recrutement pour engager les jeunes Musulmans dans les organisations islamiques. Mais un rapport de la police de Meckenheim sur Zayat habillé avec acuité révèle aussi des connexions alarmantes. Les autorités allemandes disent ouvertement qu’il est un membre des « Frères Musulmans ». Ils le relient aussi à « l’Assemblée Mondiale des la Jeunesse Musulmane (WAMY en anglais, ndt) », une organisation non gouvernementale saoudienne qui cherche à étendre le Wahhabisme, l’interprétation radicale et intolérante saoudienne de l’Islam, à travers le monde, par sa littérature et ses écoles (30). WAMY, qui se place sous l’égide de la Ligue Islamique Mondiale, a pour objectif déclaré « d’armer la jeunesse musulmane d’une pleine confiance dans la suprématie du système islamique sur tous les autres systèmes ». C’est la plus grande organisation de jeunesse musulmane dans le monde qui peut se vanter de ressources inégalées (31). En 1991 WAMY a publié un livre appelé Tawijhat Islamiya (Vues islamiques) qui déclarait, « Enseigne à nos enfants d’aimer à prendre sa revanche sur les Juifs et les oppresseurs, et enseigne leur que nos jeunes libèreront la Palestine et al-Qods (Jérusalem) quand ils reviendront à l’Islam et feront le jihad au nom d’Allah » (32). Les sentiments dans Tawjihat Islamiya sont la règle plutôt que l’exception. Beaucoup d’autres publications de WAMY sont remplies d’une forte rhétorique antisémite et antichrétienne.
La police de Meckenheim lie aussi Zayat à l’Institut Européen des Sciences Humaines, une école française qui forme les imams européens. Plusieurs clercs radicaux donnent des conférences à l’école et plusieurs agences européennes de renseignement accusent l’école de répandre la haine religieuse (33). Des autorités allemandes soulignent aussi le fait qu’il est impliqué dans plusieurs enquêtes de blanchiment d’argent (34). Zayat n’a jamais été accusé d’activité terroriste, mais il a des opérations financières douteuses et maintient des liens avec beaucoup d’organisations qui répandent la haine religieuse. L’IGD pourrait avoir changé de dirigeant après la désignation de Himmat par le trésor des US, mais il n’a pas changé de direction.
Alors que la branche égyptienne des « frères Musulmans » a choisi Münich comme base d’opérations en Allemagne, sa branche syrienne a son siège à Aix-la-Chapelle |Aachen, ndt], ville allemande proche de la frontière hollandaise. Ancienne capitale carolingienne, avec sa fameuse université, elle est maintenant le foyer d’une grande population musulmane, dont l’importante famille syrienne Al Attar. Le premier Attar qui migra à Aachen fut Issam, qui fuyait la persécution de son pays natal dans les années 1950 lorsqu’il était chef de la branche syrienne des « Frères Musulmans ». D’autres membres des « Frères Musulmans » syriens suivirent bientôt. Avec le temps, des islamistes d’autres pays adoptèrent la mosquée Bilal d’Attar à Aix-la-Chapelle comme leur base d’opérations (35). Depuis l’accueil de terroristes algériens exilés (36) à l’organisation caritative désignée par le département du trésor des USA comme le front financier du Hamas (37), Aix-la-Chapelle est bien connue des agences de renseignement à travers le monde.
La base des « Frères Musulmans » syriens à Aix-la-Chapelle a conservé des relations étroites avec leurs répondants égyptiens. Par exemple, confirmant la tendance d’importantes familles des « Frères Musulmans » à des alliances étroites par des mariages croisés, le fils d’Issam al-Attar est marié à la fille du banquier d’al-Taqwa Youssef Nada (38). Des liens entre les deux branches des « Frères Musulmans » sont plus larges qu’un seul mariage, cependant. Le centre islamique d’Aix-la-Chapelle a reçu un financement d’al-Taqwa (39). Les membres du personnel ont fait des rotations entre les centres islamiques à Aix-la-Chapelle et Münich (40). Cependant, il demeure une certaine distance. Les « Frères Musulmans » syriens n’ont jamais rejoint l’IGD, préférant à la place garder une certaine forme d’indépendance.
Milli Görüþ

De toutes les activités financières de Zayat, celle qui a attiré la plus forte suspicion des autorités allemandes a été son association avec des officiels de Milli Gorüp (Vision nationale, en turc). Milli Gorüp, qui compte 30.000 membres et peut-être 100.000 sympathisants de plus (41) revendique la défense des droits de la population turque immigrée en Allemagne, pour leur donner une voix dans l’arène politique démocratique en « préservant leur identité islamique ». (42). Mais Milli Gorüb a un autre objectif. Alors qu’il proclame publiquement son intérêt pour le débat démocratique et sa volonté de voir les immigrants turcs intégrés dans les sociétés européennes, quelques dirigeants de Milli Gorüb ont exprimé leur mépris pour la démocratie et les valeurs occidentales. Le Bundesverfassungsschutz, agence intérieure de renseignement allemande, a mis en garde de façon réitérée au sujet des activités de Milli Gorüb, décrivant le groupe dans ses rapports annuels comme une « organisation étrangère extrémiste » (43). L’agence a aussi rapporté que « bien que Milli Gorüb, dans ses déclarations publiques, prétend adhérer aux principes de base des démocraties occidentales , l’abolition du système de gouvernement laïque en Turquie et l’établissement d’un état et d’un système social islamiques, sont, comme auparavant, parmi ses buts ». (44)
L’histoire de Milli Gorüb elle-même montre pourquoi le groupe doit être considéré radical. Le précédent Premier Ministre Nehmettin Erbakan, dont le parti Refah a été interdit par la Cour Constitutionnelle turque en janvier 1998 pour « activités contre le régime laïc du pays » (45), est encore le chef indiscuté de Milli Gorüp, même si son neveu Mehmet Sabri Erbakan en est le président. Le meeting européen en 2002 de Milli Gorüp tenu dans la cité hollandaise d’Arnhem, où Nehmetin Erbakan était le principal orateur, apporte un éclairage à l’idéologie de Milli Gorüb. Après une tirade contre les maux de l’intégration en Occident et la politique américaine, Erbakan déclara « qu’après la chute du mur, l’Occident a trouvé un ennemi dans l’Islam » (46). Un rapport du groupe de renseignement fédéral révèle les buts réels de Milli Görüp:
Alors que dans les périodes récentes, le Milli Görüp a souligné de façon croissante l’accord de ses membres pour être intégrés dans la société allemande et affirme son adhésion à la loi fondamentale, ces déclarations prennent souche dans un calcul tactique plutôt que dans une quelconque modification interne de l’organisation. (47)
Milli Görüþ pousse un plan d’action identique à celui de l’IGD, même si sa cible est plus limitée. Cependant, aussi bien Milli Görüþ et l’IGD collaborent dans de nombreuses initiatives. Il existe aussi une connexion familiale. Zayat s’est marié avec Sabiha Erbakan, la sœur de Mehmet Sabri Erbakan (48). La mère des frère et sœur est aussi engagée en politique et dirige une importante organisation de femmes islamiques en Allemagne. La famille Zayat est active aussi, le père d’Ibrahim el-Zayat est l’imam de la mosquée de Marburg ; d’autres membres de sa famille sont impliqués dans des organisations islamiques. Comme le note Udo Ulfkotte, un professeur de Sciences Politiques spécialisé dans le contre-espionnage à l’université de Lueneburg et expert du terrorisme islamique, les Erbakan et les Zayat dirigent des réseaux d’organisations qui ont pour objet la radicalisation, respectivement des communautés turques et musulmanes en Allemagne. (49)
L’IGD et Milli Görüþ s’efforcent d’augmenter leur influence politique et de devenir les représentants officiels de toute la communauté musulmane allemande. Avec des budgets bien dotés, leurs mosquées procurent des services sociaux, organisent des conférences, et distribuent de la littérature dans tout le pays. Comme l’Office de Protection de la Constitution (Landesverfassungsschutz) en Hesse (50) le note :
La menace de l’islamisme pour l’Allemagne est posée… d’abord par Milli Görüþ et d’autres groupes affiliés. Ils tentent de répandre les vues islamistes dans les limites de la loi. Puis ils essaient d’appliquer… pour tous les Musulmans en Allemagne, une stricte application du Coran et de la sharia… Leur soutien public de la tolérance et à la liberté religieuse doit être traité avec prudence (51).
Il représente un problème que les politiciens et les services de sécurité en Allemagne voient l’IGD et Milli Görüþ de façon si différente. Mais comme Ulfkotte l’a écrit sur Zayat dans son livre « La guerre dans nos cités » (Der Krieg in unseren Staedten) (52) « Des politiciens de toutes les couleurs, et des partis essaient de l’aider » (53). Par exemple, la prestigieuse Académie Catholique de Berlin a invité Zayat à représenter le point de vue musulman dans une réunion interreligieuse organisée par l’Académie en octobre 2002 (54). Des politiciens allemands et des institutions chrétiennes prennent régulièrement pour partenaire Milli Görüþ dans différentes initiatives. Milli Gazete, le journal official de Milli Görüþ, a déclaré un jour que “Milli Görüþ est un bouclier protégeant nos concitoyens contre l’assimilation à l’Europe barbare » (55). Cependant, des politiciens allemands rencontrent régulièrement des officiels de Milli Görüþ pour discuter des problèmes de l’immigration et de l’intégration. Le fait qu’un officiel comme Ahmed al-Khalifah, secrétaire général de l’IGD, représente l’Islam devant des membres du parlement qui discutent de tolérance religieuse (56) monte le succès des efforts des organisations liées aux « Frères » pour gagner l’acceptation comme représentants des Musulmans allemands. L’Office pour la Protection de la Constitution a bien décrit ces efforts, disant que Milli Görüþ (et l’IGD) « s’efforce de dominer les fédérations régionales et nationales et les organisations recouvrant les Musulmans qui gagnent sans cesse en importance comme interlocuteurs de l’état et des autorités ecclésiastiques, et ainsi étendre son influence dans la société (57).
Zentralrat (assemblée centrale), la couverture Islamiste

En 1989, sous les auspices d’Abdullah al-Turki, le puissant doyen de l’Université Bin Saud de Ryadh, les Saoudiens ont créé le « Konzil Deutschland » (Concile Islamique d’Allemagne). Turki a assumé sa présidence ainsi que d’autres positions éminentes tenues par Ibrahim el-Zayat, Hassan Özdögan, un officiel de haut rang de Milli Görüþ, et Ahmad Khalifa, un officier du Centre islamique de Münich (58). Alors qu’un rapport officiel du parlement allemand décrit l’Islamische Konzil comme juste « une autre organisation sunnite », une telle hypothèse montre une dangereuse incompréhension de la relation des Saoudiens avec les islamistes allemands (59).
Le courant vers la consolidation a fait un pas en avant en 1994 quand les islamistes allemands ont réalisé qu’une coalition unie se traduisait en une importance et une influence politiques plus grandes. Dix-neuf organisations, dont l’IGD, le Centre Islamique de Münich, et le Centre Islamique d’Aix-la-Chapelle, ont créé une organisation de couverture, le « Zentralrat der Muslim » [conseil central des Musulmans, ndt]. Selon un officiel de haut rang du renseignement allemand, au moins neuf de ces dix-neuf organisations appartiennent aux « Frères Musulmans » (60). La presse allemande a récemment enquêté sur le président du Zentralrat, Nadeem Elyas, un médecin saoudien éduqué en Allemagne, et un officiel du Centre §Islamique d’Aix-la-Chapelle. Die Welt a lié Elyas à Christian Ganczarski, un opérateur d’al Qaïda emprisonné comme l’un des cerveaux de l’attaque de 2002 contre une synagogue en Tunisie (61). Ganczarski, un allemand d’ascendance polonaise converti à l’islam, déclara aux autorités qu’al Qaïda l’avait recruté à l’Université Islamique de Médine où Elyas l’avait envoyé pour étudier (62). Elyas déclara qu’il ne se souvenait pas de l’avoir rencontré mais ne nia pas la possibilité que Ganczarski, qui ne termina jamais le lycée, ait pu être l’un des nombreux individus qu’il avait envoyé au cours des années dans des écoles radicales d’Arabie saoudite (63). Des donateurs saoudiens toutes les dépenses de Ganczarski (64). Ganczarski n’était pas seul. Elyas admit avoir envoyé des centaines de Musulmans allemands étudier dans l’une des plus radicales des Universités d’Arabie saoudite (65).
Le ‘Zentralrat’, qui se décrit lui-même comme l’organisation couvrant les organisation musulmanes allemandes, est devenu, avec l’IGD et Milli Görüþ, le représentant de facto de trois millions de Musulmans allemands. Même si l’IGD est un membre du Zentralrat, les deux organisations opèrent souvent indépendamment. Leur indépendance apparente est planifiée. Avec beaucoup d’organisations opérant sous différents noms, les « Frères Musulmans » trompent les politiciens allemands qui croient qu’ils consultent un éventail d’opinion (66). Les médias cherchent les officiels du ‘Zentralrat’ quand ils veulent avoir la vue musulmane sur tout, depuis le débat sur l’admissibilité du hijab (foulard couvrant la tête) dans les écoles publiques, jusqu’à la guerre en Irak, etc… Les politiciens recherchent l’approbation du Zentralrat quand ils veulent atteindre la communauté musulmane. Beaucoup de politiciens allemands sont mal informés sur l’Islam et ne comprennent pas que la vue et l’interprétation de l’Islam que le Zentralrat exprime, comme le font l’IGD et le Milli Görüþ, est celui des « Frères Musulmans » et non celui cde l’Islam traditionnel. De même, le Zentralrat exprime une opposition totale à toute interdiction du hijab, soutient l’éducation islamique influencée par le wahhabisme dans les écoles, et approuve une position radicale dans la situation au Moyen-Orient (67). Alors que beaucoup de Musulmans soutiennent ces vues, le problème est que le Zentralrat ne représente ni ne tolère ceux qui ont des vues divergentes. Les groupes de Musulmans allemands modérés manquent du financement et de l’organisation des groupes liés aux « Frères Musulmans ». en termes de nombre, d’influence sur la communauté musulmane, et d’importance politique, le Zentralrat et ses deux plus importantes parties constituantes, l’IGD et le Milli Görüþ, dominent la scène. Avec un ample financement saoudien, les « Frères Musulmans » sont parvenus à devenir la voix des Musulmans en Allemagne.
Récemment, le public allemand a été choqué d’entendre ce qui est prêché dans les mosquées et les écoles financées par les Saoudiens. A l’automne 2003, un journaliste équipé d’une caméra cachée de la télévision allemande ARD s’est infiltré à l’Académie du roi Fahd de Bonn construite par les Saoudiens., et a enregistré ce qui était enseigné aux jeunes enfants musulmans. Un enseignant appelait au jihad contre les infidèles (68). Alors que les images provoquaient une réprimande des politiciens allemands, le débat plutôt stérile autour de l’influence de l’Arabie saoudite sur les Musulmans allemands n’a pas entraîné un changement tangible. Des officiels saoudiens et des organisations non gouvernementales continuent à lustrer les organisations des « Frères Musulmans ».
L’Allemagne d’abord, puis l’Europe

Alors que les “Frères Musulmans” et leurs financiers saoudiens ont travaillé à cimenter l’influence islamiste sur la communauté musulmane allemande, ils n’ont pas limité leur infiltration à l’Allemagne. Grâce à de généreux financements étrangers, à une organisation méticuleuse, et à la naïveté des élites européennes, les organisations liées aux « Frères Musulmans » ont gagné des positions proéminentes à travers l’Europe. En France, l’extrémiste « Union des Organisations Islamiques de France » (UOIF) est devenue l’organisation prédominante au conseil islamique du gouvernement (69). En Italie, l’extrémiste « Unione Delle Communita’ ed Organizzazioni Islamiche in Italia » (Union des Communautés et organisations islamiques en Italie) est le premier partenaire du gouvernement dans le dialogue concernant les questions islamique en Italie (70).
En parallèle aux efforts d’intégration européens, les “Frères Musulmans” cherchent aussi à intégrer leurs différents mandataires européens. Dans les quinze dernières années, les « Frères Musulmans » ont créé une série d’organisations paneuropéennes telles que la Fédération des Organisations Islamiques en Europe, dans laquelle des représentants d’organisations nationales peuvent se rencontrer et planifier des initiatives (71). Peut-être le plus grand impact paneuropéen des « Frères Musulmans » a-t-il été, comme avec « l’ Islamische Gemeinschaft Deutschland » (IGD), son organisation de jeunesse. En juin 1996, des organisations de jeunesse de Suède, de France, et d’Angleterre ont joint leurs forces avec la Fédération des Organisations Islamiques en Europe et l’Assemblée Mondiale de la Jeunesse Musulmane pour créer une organisation de la jeunesse islamique européenne (72). Trois mois plus tard, trente-cinq délégués de onze pays se sont rencontrés à Leicester et ont lancé formellement le Forum de la jeunesse musulmane européenne et des organisations étudiantes [FEMYSO en anglais, ndt] qui maintient son siège à Bruxelles (73).
Selon ses publications officielles, le FEMYSO est un « réseau de 42 organisations nationales et internationales rassemblant des jeunes de 26 pays différents. Le «FEMYSO » a déclaré fièrement en 2003 que durant les quatre années précédentes, il était devenu :
« La voix de facto de la jeunesse musulmane en Europe. Il est régulièrement consulté sur des questions concernant les Musulmans en Europe. Il a aussi développé des liens utiles avec : les Parlement Européen, le conseil de l’Europe, les Nations Unies, le Forum Européen de la Jeunesse, et de nombreuses ONG importantes au niveau européen (74).
Ibrahim el-Zayat, qui tint la présidence jusqu’à ce que ses engagements en Allemagne l’aient obligé à se retirer, a même utilisé le perchoir de la FEMYSO pour s’adresser au Parlement Européen (75). Parce que les « Frères Musulmans » apportent la matière première des organisations constituant la FEMYSO , il apporte « la voix de facto de la jeunesse musulmane en Europe ». Alors que la FEMYSO clame qu’elle est « engagée à combattre les préjugés à tous les niveaux, de sorte que le futur de l’Europe soit multiculturel, accueillant et respectueux de chacun » (76) de telles déclarations sonnent faux étant données les positions des parrains comme l’Assemblée Mondiale de la Jeunesse Musulmane qui croit que « les Juifs sont les ennemis du fidèle, de Dieu, et des anges ; les Juifs sont les ennemis de l’humanité…Chaque tragédie qui afflige les Musulmans est causée par les Juifs (77).
Les larges finances et l’organisation des “Frères Musulmans” ont contribué à leur succès en Europe. Mais leur acceptation dans le courant principal de la société, et leur irrésistible ascension vers le pouvoir n’aurait pas été possible si les élites européennes avaient été plus vigilantes, avaient donné plus de valeur à la substance qu’à la rhétorique, et compris les motivations des ceux qui financent et construisent ces organisations islamistes. Pourquoi les européens ont-ils été aussi naïfs ? Bassam Tibi, un professeur allemand d’ascendance syrienne et expert de l’Islam en Europe, pense que les européens – et les allemands en particulier – craignent l’accusation de racisme (78). Des radicaux sous une peau de mouton ont appris qu’ils peuvent faire taire presque tout un chacun sous l’accusation de xénophobie. Toute critique des organisations liées aux « Frères Musulmans » est suivie de tollés de racisme et de persécution antimusulmane. Des journalistes qui ne sont pas effrayés par ces appellations sont inondés de poursuites judiciaires sans fondement et sans succès mais coûteuses.
Dans certains cas, des politiciens échouent tout simplement à vérifier les déterminants de ceux qui prétendent être les représentants légitimes de la communauté musulmane. Comme aux Etats-Unis, des représentants autoproclamés de la communauté musulmane sont beaucoup plus radicaux que les populations qu’ils représentent. Dans d’autres cas, des politiciens réalisent que ces organisations ne sont pas les partenaires idéaux pour un dialogue constructif mais ils ne prennent pas le temps de rechercher des organisations moins visibles mais plus modérées, dont plusieurs existent seulement au niveau de base, gênés par des contraintes financières.
Ce que la plupart de politiciens européens ne parviennent pas à comprendre est que, en rencontrant des organisations radicales, ils leur donnent du pouvoir et assurent la légitimité des « Frères Musulmans ». Il y a un appui implicite à toute réunion, spécialement quand les mêmes politiciens ignorent les voix modérées qui n’ont pas accès au généreux financement saoudien. Cela crée un cycle auto perpétué de radicalisation, parce que plus la politique de légitimation politique des « Frères Musulmans » est grande, plus ‘opportunité pour qu’eux et leurs groupes affiliés gagnent en influence et radicalisent diverses communautés musulmanes européennes. L’ironie ultime est que le fondateur des « Frères Musulmans », Hassan al Banna rêvait de répandre l’Islamisme à travers l’Egypte et le monde musulman. Il n’aurait jamais rêvé que sa vision aurait pu aussi devenir une réalité en Europe.
Lorenzo Vidino est directeur adjoint du Projet d’Enquête, un institut de recherche antiterroriste basé à Washington D.C

source : Middle East Quarterly par Lorenzo Vidino, traduction française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC, écrit en 2005 !!!!!

http://www.meforum.org/757/la-conquete-de-leurope-par-les-freres-musulmans
viaLa Conquête de l’Europe par les Frères Musulmans | TERRE PROMISE.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :